Moi, j'en... neymar ou de la misère volontaire

Publié le par L'Insipide

Moi, j'en... neymar ou de la misère volontaire

Moi, j'en... neymar
ou de la misère volontaire


Ils sont venus...ils sont tous là,
Ceux de Pantin, de Saint Denis,
De la Courneuve ou de Passy...
Il va venir le messi-i-e...


Effectivement le voici cet être déifié dès avant même qu'il mette le pied sur l'herbe du Stade de France. C'est à qui jouera au mieux des coudes pour se frayer un chemin jusqu'à l' objet miraculeux, un maillot floqué au nom du super-numéro 10. L'un s'est levé avant l'aube pour occuper les premiers rangs, l'autre a chargé son selfie pour la photo du siècle. Beaucoup ont répandu  à grands jets leur eau de toilette sur leur visage ensommeillé


Oh le beau jour que ce jour de gaieté,..


J'en repère un qui termine à peine son croissant avec les derniers chicots qui tremblent à leur tour, un édenté ou un RMI en fin de droits. Mais j'en aperçois peu dans cette gesticulation collective, venus du XVIème ou du Touquet. Triste spectacle que celui d'une meute affamée de grandes émotions, de spectacles rares, le 14 juillet sur les Champs Elysées ne véhiculait pas autant de ferveur. Unis dans une âme commune ils viennent dire leur gratitude au Messie (ne pas confondre avec l'autre Messi, celui de Barcelone). Et puis d'un seul coup IL apparaît, souriant, apparemment heureux d'un pareil accueil.  Mais moi, je reste au fond de mon lit douillet, aussi absent, voire même abstrait, que dans les ferveurs populaires. Je n'étais pas là le jour de la prise de la Bastille ni de la décapitation du roi, je n'ai pas assisté au retour de Bonaparte par la Nationale 7, et j'étais encore moins présent le jour de la création du monde, ou celui de la multiplication des pains. Alors, votre Neymard, qu'il s'assoie sur le tas d'or, dollars  pétrodollars et euros associés, je m'en balance allègrement. Il a des pieds agiles, un jeu de tête conquérant... et que voulez-vous qu'il m'en importe. Moi, feu mon livret A est au degré zéro de la Bourse , mon banquier en a des sueurs froides.
— Monsieur l'Indomptable... non pardon, l'Insipide... puis-je vous conseiller des actions du Paris Saint-Germain... c'est une opération juteuse...
— Mais Monsieur mon Banquier, juteux ou pas juteux, moi, je suis à sec. — Alors revenez me voir, nous vous trouverons un placement digne de vous voir grimper l'escalier d'honneur, du Stade de France, avec une place derrière Michel Drucker ou le président Hollande. — Oserai-je proférer le blasphème qui me noue la gorge: Monsieur mon banquier, de Neymar je n'en ai rien à cirer. De Neymard, j'en ai marre.
Monsieur mon banquier se retire en maugréant: Quel être singulier que Monsieur l'Insipide, il est toujours à contre-courant de l'Histoire...
Je me retire alors dans mon quartier de la Courneuve pour y répandre ma philosophie, car tous les autres qui se bousculent au Stade de France, sont pour la plupart aussi démunis que moi; mais la crasse et la misère, ils s'en accommodent dans le relent des parfums de Prisunic. Dieu que la misère est belle et pleine de noblesse. Ainsi naissent les grandes épopées, mais comme le chante une autre grande âme :

Je ne suis pas un héros...

ou cette vieille rengaine:


De toujours bouffer
D'la vache enragée,
Moi j'en ai marre...

 

Publié dans Parle à mon Q.I.

Commenter cet article

Dédé 09/08/2017 23:03

Entre les dieux du foot et le nouveau messie (encore un !), on sait plus à quel saint se vouer. Me tarde dimanche pour savoir ce que Monsieur le curé va bien nous raconter.

foufoune 09/08/2017 08:51

A Babelia: une immersion dans notre Paris Saint-Denis, comme tu l'as finement observé dans l'invitation (incitation) publicitaire serait une aventure aussi enrichissante que pour d'autres chez les Tarahumaras. Si les classes sociales ont aujourd'hui disparu dans l'esprit de nos compatriotes, remplaçons-les par de nouvelles catégories: les super-cons et les cons tout court. On attend un nouvel Héraclès capable de leur couper la tête d'un seul coup d'épée, car ils ne cessent de naître et renaître.

Babelia 08/08/2017 19:41

La pub French Blue qui surplombe cette page de la Licorne nous propose un vol Paris St Denis dès 245 euros !! Je n'aurais trouvé meilleur gag !

Licorne d' Hannibal 08/08/2017 20:06

Nous pourrons sans nous ruiner assister au sacre du nouveau roi…

Mimile 08/08/2017 17:42

Réponse à Jojo: ...et le choeur de onze joueurs dégueulant leur répertoire obscène d'après match.

JOJO 08/08/2017 17:38

Qui n'aime pas l'odeur acre de onze joueurs transpirant dans les vestiaires... qu'il aille se faire foutre.

Vatfairfoot 08/08/2017 17:47

Onze ? Ce n'est pas assez pour faire une "pardouze"…