Pour

Publié le par Sylviane Blineau

Pour

POUR

Pour le souffle urticant du vent incarnadin
Je serai chantre encor au déjeuner de l'aube.
Pour l'appel de la grive et novembre au jardin,
Des gels entrelacés à des boutons de rose.

Je serai là toujours, chasseresse de gris
- Quatre clous sur ma porte affichant un solfège
Aux dahlias chavirés se décousant, meurtris -
Pour des pas à mon pas sur un tomber de neige.

Pour la langueur d'un chat au pelage odorant,
Son regard sans limite à l'iris de lumière,
Pour la chute du jour dans un soupir d'orant,
Au clocher du village un tintement de verre,

Dans mes paumes en croix je cueillerai le bleu
Tombé de ma palette en un dernier naufrage,
Pour crier que je suis, pour un éclat de feu,
J'irai brandir les vents au ventre de l'orage.

... Et d'un ruban jauni je brûlerai les nœuds,
Au rire de l'enfant j'accrocherai la menthe,
Pour ne pas décliner je veux ouvrir les yeux,
Pour le temps qui me reste et le temps qui me hante.

 

Publié dans ESSEBÉ

Commenter cet article

Lettres de soie rouge 24/05/2017 15:32

Chère Sylviane, c'est encore avec un très grand bonheur que je découvre ce magnifique texte et que je partage avec ce que j'aime. Je ne pourrais pas venir à ton atelier cet après-midi, mais je te retrouve un peu sur cette page.

Je te souhaite un bon après-midi et suis encore sous le charme de ce magnifique texte.

Cordialement, Francis Étienne