Poème de mes saisons

Publié le par Sylviane Blineau

Poème de mes saisons

 

J'avais quatre saisons pour habiller le temps,

Quatre saisons cloutées sur ma porte de bronze

Et j'allais inventant l'espace,

Et j'allais, retenue pourtant.

 

Un cheval fou, blanc comme le ciel veuf
Me poursuivait au printemps revenu...
De ne pouvoir y prendre place

Mes reins criaient , sanglés de glace,

Oublieux d'un hiver pointu

Et qui se moquait bien de mes volubilis

Dans sa danse de scorpion noir !

 

Ce qui brûle en terre est unique

Et moi, creusant, je m'y terre, abrégée.

 

Je me suis allongée dans l'herbe

Pour attirer le spectre roux d'automne,
Comme un copeau de chair

Avalant ses brumes naissantes,

Imbibée d'espace en suspens.

 

Dévorant de rouges pans de soleil,

Je ne voulais que le séduire

Avec mon zèle de damnée...

Préparer ma peau pour l'été,

Brasser ses laizes de torpeur,

Battre longtemps le creux de l'heure.

 

L'ombre avançait,

M'encombrant de ses plis

Dans l'achèvement des saisons.

 

 

Publié dans ESSEBÉ

Commenter cet article

Lettres de soie rouge 08/05/2017 19:26

Magnifique texte que j'apprécie dans le moindre détail et encore une fois l'expression d'une grande sensibilité dans les nuances et la couleur fascinent. Bravo pour ce même merveilleux texte et merci de l'avoir partagé. Cordialement, Francis Étienne