Sainte légèreté

Publié le par Pasticheur du dimanche

Sainte légèreté

Dimanche 13 novembre

Sainte légèreté

(à ne pas confondre avec la St Léger du dimanche 2 octobre)

 

N’en déplaise à ceux-ci qui par les temps anciens ou modernes

se sentent investis d’une mission à l’égard de ceux-là

n’en déplaise à ceux-là et à tous les indécis qui cherchent leur salut

dans des promesses non tenues

 

Je dis qu’il vaudrait mieux laisser tomber une certaine gravité

tout ce sérieux et tant de certitudes

qu’il serait agréable le soir avant de se laver les dents

de s’alléger l’esprit en regardant les astres suspendus dans le vide

ou ces quelques nuages s’effilocher au-dessus de nos têtes

et se recomposer dans la légèreté de l’atmosphère

que l’on voudrait aussi plomber

comme s’il fallait toujours appesantir le monde et ses mystères

 

Ne pourrait-on aller tirer la chasse d’eau

et sous un angle nouveau contempler

la rouille prégnante des feuilles de ce jour

l’infime goutte d’eau qui perle et s’apprête à faire le grand saut

puis aux premiers frimas

recueillir un flocon dans le creux de la main

et d’un souffle anodin lui rendre son destin de flocon

celui-ci ni plus ni moins important que celui-là

faisant route pareillement à ses côtés

 

Eh quoi

serait-elle vraiment si insoutenable cette légèreté première de l’être ?

 

Pasticheur du dimanche

 

Publié dans Les temps modernes

Commenter cet article