Sainte chaussette

Publié le par Michel Gorsse

Sainte chaussette

31 octobre
Sainte chaussette
 
Il serait peut-être temps de s’asseoir et de renoncer au désordre et aux belles années. Les merveilleux nuages ne sont plus qu’un amoncellement informe et noir aux dessus de notre tête. Les vertes prairies qui s’alanguissaient jusqu’à l’infini gisent désormais au cimetière de la mémoire.
 
On regarde alors le trou dans la chaussette en se demandant s’il faut en rire ou en pleurer. On ne savait pas jusqu’à aujourd’hui qu’un seul trou dans une chaussette pouvait pousser le monde à s’écrouler.
 
On ne savait rien jusqu’à aujourd’hui. Et là soudain, devant cet orteil qui dépasse, de constater que de tout ce que nous avions emporté rien n’avait suivi, il nous vient un cri à la gorge.
 
Un sanglot d’effroi.

Illustration : Eugène Boudin

 

Commenter cet article

Un des bas cantons 31/10/2016 21:59

Faut dire aussi, qu'avant : on les réparait les chaussettes ...