Petit… mais costaud.

Publié le par L'Insipide

Petit… mais costaud.

PETIT... MAIS  COSTAUD.

Comme pour tout ce qui existe dans la nature, il y a des grands et des petits. Les grands ne sont grands que parce qu'il y a des petits et vice versa, ce qui n'est plus à démontrer. Dans la presse, les grands, on connaît : cités régulièrement, ils sont grands non seulement par la qualité de leur information mais aussi et surtout par la notoriété et le degré de fortune de leurs "grands" patrons autant que par le "grand"capital sur et pour lequel ils roulent. La signature de leurs collaborateurs fait référence dans les salons les plus huppés où chez Yves Calvi à la télé où ils dissèquent savamment, voire péremptoirement, les événements du jour s'enhardissant même parfois à mettre en ordre les désordres du monde et à prodiguer conseil aux pékins de téléspectateurs que nous sommes.  Ils ont nom le Monde, le Figaro, pour les initiés le Fig, Libération dit aussi Libé.... Qu'on ne s'étonne pas que je ne classe pas parmi les grands l'Indépendant du Midi dont le Midi ne va pas au-delà de Béziers ou du Boulou.
Mais on aurait tort d'ignorer la présence, à l'ombre de ces grands maîtres-manipulateurs de l'information, de modestes feuilles, petits formats, mini-tirages et mini-diffusion. Et pourtant ils font aussi l'opinion. Ainsi en est-il du Mantêtu, organe de presse né dans un recoin isolé du département, au pied des grands espaces des Hauts-Cantons. Nul ne songerait que dans ces vastes et abruptes étendues, dignes des Grandes Rocheuses, fleurissent des esprits féconds *, de subtils analystes et de grands penseurs. Ici, ni support publicitaire (Auchan ou Carrefour), ni financement politique obscur (Bygmalion) simplement la vie du pays, le bon sens et un talent d'écriture. Entreprise collégiale, brassant tous les courants de pensée et toutes les sensibilités, le Mantêtu a prouvé qu'il n'en demeure pas moins prompt à s'engager dans le débat politique: les instituts de sondage locaux ont relevé en effet, lors des dernières élections municipales, son influence grandissante, résultat on ne peut plus incontestable, lorsqu'on observe que le Mantêtu compte parmi ses collaborateurs, les plus belles plumes de la région. On aime ainsi y trouver un Grand Manitou (ou Manie Tout) jamais à court d'inspiration, un grand dessinateur de l'extravagance  piquant anticléricaliste de surcroît et un penseur de première bourre comme disent les chasseurs, poète et philosophe capable de renverser dans sa dernière phrase l'édifice de pensée qu'il avait dressé laborieusement jusque là, un Socrate introverti auto-proclamé Président à vie, comme Omar Bongo, de l'A.N.D.I.V., en clair : Association Nationale Des Idiots de Village. A l'actif du Mantêtu, son horoscope se vérifie 95 fois sur 100 comme dans la chanson de Brassens, mais c'est ici un autre sujet.

Aussi, amis Licornéens, lisez et faites lire le Mantêtu, quitte à vous désabonner des Bonnes Soirées, de la Veillée des Chaumières ou du Pèlerin.

* orthographe vérifiée et garantie

Petit… mais costaud.

Publié dans Parle à mon Q.I.

Commenter cet article

le Sipide 10/04/2016 10:42

Pourquoi un jugement aussi négatif sur notre cocotidien local, l'Indépendant du Midi? Ils savent nous arracher des cris de douleur à chaque défaite de l'USAP. Y a même parfois du pathos et les larmes m'en viennent aux yeux. D'autre part,erreur de casting: la diffusion et l'influence de notre journal national ne s'arrête pas au Boulou: on le trouve encore à Céret où officie l'un des plus compétents critiques d'art..

le Suspicieux 09/04/2016 16:28

Encore un patron de presse qui largue son fric au Panama?...