Dans le silence des saisons (12)

Publié le par Alain Surre

Dans le silence des saisons (12)

C’était une étrange machine

je la croyais un peu vivante

jamais rassasiée de tout ce foin

que les paysans y donnaient à manger

ces grands coups de fourche qu’ils balançaient

de plus en plus haut

au fur et à mesure que la charrette se vidait

 

je restais là

à éternuer sur le bord du chemin

accroché au tablier de ma grand-mère

pendant qu’au-dessus de ma tête on s’entretenait

des saisons qui apparemment n’en étaient plus

et de tous les cancans du village

le gros tuyau rendant enfin son dernier souffle

dans un crachotement de poussières qui restaient en suspension

autour de la grange

 

peut-être est-ce l’équivalent de toute celle-ci

contenu dans ces quelques mètres cubes de foin compressé

une énorme balle aperçue

à travers la vitre du train qui m’amène au festival de poésie

où la première partie des lectures se fera comme chaque été

dans … une grange

 

l’engrangeur

oui le nom me revient maintenant

l’engrangeur cette ancienne machine que je trouvais si étrange

mais sans doute l’est-elle davantage

celle d’où sortent ces mastodontes enrubannés

d’un plastique blanchâtre

éparpillés

dans un paysage devenu monochrome.

 

Dans le silence des saisons (12)

Publié dans Les temps modernes

Commenter cet article

Alain S. 22/01/2016 17:51

Encore merci ! Et bien j'en profite pour annoncer, en principe, la date du 29 Avril ... à la salle des "Mille poètes).

Licorne d' Hannibal 22/01/2016 19:44

La Licorne se fera un plaisir de l'annoncer, bien sûr…

Gérard SALGAS 22/01/2016 11:22

J'adore ces chroniques paysannes. Il y a de quoi en faire un spectacle ( aux Mille Poètes à Narbonne par exemple). Bravo Alain,tu as trouvé le ton et il est le tien...