"Partage de midi"

Publié le par L'Insipide

"Partage de midi"

PARTAGE  DE  MIDI
(hommage détourné à Paul Claudel)


Un fauteuil pour deux, voilà qui n'a rien de confortable, surtout pour qui a la fesse arrogante et conquérante. Un poste de président de Région pour deux peut-il être plus douillet ? Quoi qu'il en soit, en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées on a déjà dédoublé : il y aura pour notre nouvelle Région deux présidents : un titulaire et un remplaçant que, plus élégamment et plus officiellement, on nomme : président délégué. Un doublon ?... Honni soit qui mal y pense… car dans tout sport d'équipe chaque poste comporte un titulaire et un remplaçant, au théâtre, chaque acteur, en cas de défaillance, dispose d'une doublure. L'histoire elle-même comporte bien des duos célèbres ; Castor et Pollux, Rémus et Romulus, Laurel et Hardy, Stone et Chardin... et chez les cathos on va plus loin encore puisque Dieu se décline en trois personnes.
Au plan régional, le seul problème que pose ce dédoublement est d'ordre budgétaire : va-t-on diviser ou multiplier par deux le salaire présidentiel ? Aucune réponse officielle n'a, à ma connaissance, été donnée à la question... dossier encore à l'étude sans doute.
Perpignan  n'est guère concernée par cette géométrie variable dont la ligne de force, Toulouse-Montpellier et retour, passe bien plus au Nord, donc au dessus de nos têtes. Et si Barcelone, bientôt indépendante, refusait de nous ouvrir les bras, qu'en serait-il de nous, ni occitans ni totalement catalans, platement roussillonnais ? Quel sort pour nos rousquilles et notre boutifare, pour nos clubs de l'ovale sang et or et nos fastueuses soirées culturelles des jeudis d'été ?... Nous en serions réduits à mendier les miettes au pied du festin de nos deux capitales. Dans cette région bifrons (à deux visages) diraient les Latins, pourquoi ne pas étendre la pratique du dédoublement à d'autres secteurs ? Pareille opération pourrait toucher aussi des administrations comme l'Education Nationale ou la Santé où l'on trouve rarement des remplaçants à un titulaire défaillant. Il est vrai que l'aiguillon salarial est dans ce cas fortement émoussé. Mais prenons garde aux ruses de la langue : dans le champ étymologique du double, on trouve aussi duplicité, un mot qui rappelle que dans l'histoire les duumvirats et à plus forte raison les triumvirats, comme les histoires d'a..., les histoires d'a..., les histoires d'amour finissent mal en général...

 

 

Publié dans Parle à mon Q.I.

Commenter cet article