Un peu de poésie pour un portrait fantaisiste

Publié le par Michel Gorsse

Un peu de poésie pour un portrait fantaisiste

Pas de pension pour les vagabonds
Quand t’es dans les clous t’es déjà dans un cercueil
Moi j’ai toujours visé les funérailles nationales
mais je m’y suis mal pris et c’est bien ainsi
 
Un peu de bide mais pas une once d’amertume
L’âme bellement ridée d’un vieux lion sans rancune
Je suis ivre quand l’infini est rond
Et c’est pas tous les jours la même chanson.
 
J’ai tout largué de mon baluchon
Et j’ai les bras ouverts
La dernière baronne de l’été peut venir y danser à sa guise
Toujours dressée la tour de Pise.

Illustration : Delacroix.

Commenter cet article