Pochade moralisante…

Publié le par Jacques Queralt

Pochade moralisante…

 

Ne pas être le chien qui

aboie

mais

l'étranger qui passe.

 

Ne pas être la fenêtre qui

se ferme

mais

une porte qui s'ouvre.

 

Ne pas être la haine qui

écorche tes lèvres

mais

l'amour qui

embellit mes yeux.

 

Ne pas être le passé qui,

en pleurs,

s'excuse

mais

le présent qui,

en rires,

agit.

 

Ne pas être celui qui

casse,

arrogant,

tes rêves

mais celui qui,

bienveillant,

en ajoute

à notre tire-lire d'étoiles.

 

Ne pas être celui qui

fomente des crépuscules

et cette nuit qui

tombe déjà,

mais

cet artisan d'aurores

fier de ce jour nouveau qu'il lève.

 

Ne pas être des pays

de la braise sombre qui

devient

cendres

mais du pays

de la braise qui

flamboie et éclaire.

 

Ne pas être

sans un verre à la main pour celui qui arrive.

 

Illustration : G. Desclaux. pastel 03/04/2015.

Publié dans Poinçonneur

Commenter cet article

Amédée mesure 14/05/2015 10:29

"Ne pas être celui qui fomente des crépuscules et cette nuit qui tombe déjà, mais cet artisan d'aurores fier de ce jour nouveau qu'il lève."

fraternité, Jacques.