Loufoque histoire de chapeaux.

Publié le par Michel Gorsse

Loufoque histoire de chapeaux.

L’homme descend du songe, disait Blondin, l’Antoine. Mais la question n’est pas là. En est-il descendu avec ou sans chapeau, la voilà la question. Qu’est-ce que cela change, me direz-vous ? Tout !

 
Nus dans leur éden, frivoles et batifolant, imaginons un instant l’Eve et l’Adam, elle coiffée d’un charmant chapeau de paille finement ajouré et lui d’un bitos incliné sur l’œil. De suite les choses ne sont plus les mêmes. Il y a de l’aristocratie dans l’air, une préciosité nouvelle sous l’arbre du paradis.
 
Partant de là, l’Eve pourrait très bien tenir un sécateur dans la main et déambuler, la hanche déliée, en quête de quelques roses à étêter. Et l’Adam, canaille, félin, pourrait occuper ses doigts sur les touches d’un accordéon qu’il aurait en bandoulière.

 
Et ses deux là, croyez-moi, ne s’ennuient pas. Elle étête, il bande son instrument. Ils jouent à se séduire. Il monte ses gammes comme l’escalier du plaisir. Elle hume le violent parfum des roses et c’est toute la beauté du monde qui bouleverse son âme.

 
Tandis que tête nues, ces deux-là, que font-ils ? Des cochonneries. Ils croquent la pomme de Macintoch, et c’est parti pour ce que l’on sait.

Mais peut-être que les choses ne sont pas si simples que ça. Peut-être qu’il n’y avait qu’un seul chapeau sur terre en ce temps-là. Galanterie obligeant, l’Adam se retrouve tête nue. Et le soleil tape dur. Et ça lui brouille un peu les neurones. Et ça lui rabote les idées au point de n’en avoir plus qu’une : la convoitise. Il veut lui aussi un chapeau.
 

Loufoque histoire de chapeaux.


Il est prêt à tout. Et là, on rejoint une autre histoire. Celle d’Abel chapeauté d’un galurin mexicain et de Caïn sous les traits d’un Yul Brynner écarlate. Il y a de la poussière et quelques cactus qui tirent la langue. Et Yul-Caïn, il veut lui-aussi le chapeau. Et ça sent la poudre.
 
Et ça sent le fruit défendu, chapeau pointu !

 

Illustré par l'auteur…

Commenter cet article

JMV 14/06/2015 14:08

Le talent d'illustrateur de l'auteur est à la hauteur, qui est grande , de son talent d'écrivain.