Celles et ceux…

Publié le par Jacques Queralt

Celles et ceux…

Celles et ceux qui vous disent que d'un revers de main, on peut se débarrasser des deux tiers de ce qui vous alourdit, ou ils ne sont pas tout à fait sincères, ou - plus vraisemblablement - ils ne vivent pas dans le même corps que vous.


Et dans le coin, il y avait un arbre, tout recroquevillé sur lui-même, on aurait dit qu'il priait comme prient tous les arbres entrés en âge, mais en fait il pleurait d'ennui, la tombée des feuilles ne parvenant pas à le distraire.
 

A partir de quand ? Sous quel président ? En quelles circonstances, avons-nous perdu le tic tac toc marxiste de la lutte des classes ?


Un chef-d'œuvre inconnu se rend chez son éditeur. Attention à la pie voleuse qui l'attend au bar Le Chargrin.


Victoire! On a fini par mettre la main sur l'éparpilleur de naïvetés. Les élites vont pouvoir respirer!


Je le suis depuis très longtemps je n'ai jamais tout à fait circonscrit la cible qu'il vise... et bien moi si,... et depuis longtemps : il décoche ses flèches à tous les vents qui tourbillonnent...


Quand les ombres pleurent seuls quelques frais fantômes s'apitoient.
 

Il constata que de sa caisse d'outils faisait défaut la clef de neuf des réussites... Faudra faire avec.
 

Vous n'arrêtez pas de rire, mais je vous le répète écosser des petits pois et casser des noix, non, ce n'est pas du pareil au même, ou alors vous n'avez jamais écossé des petits pois ? et d'ailleurs savez-vous, réellement, ce que sont des petits pois ?
 

Une course de vitesse ne tolère aucun nonchalance sauf à vouloir en gâcher le sprint final.
 

 Le Matin du Paradis et Le Soir de l'Enfer, avisés de son talent, lui proposèrent le même après-midi et presque dans le même sms une chroniquette dominicale pour distraire les résidents de ces deux établissements. La pige lui serait payée dans la devise de son choix. Il accepta, tout naturellement. Il faut se montrer bon pour les absents.


Lui concéder qu'il a raison serait impudique, pensa le jeune homme caressant sa barbe buissonnière.
 

Le raccommodage des souvenirs ne saurait être fait qu'avec une bobine de fil d'or.


....rama .. .. ....elle. .....rature ....aise


Certaines phrases n'ont pas ce balancement de hanches qui, le plus souvent, nous mettent, les rétines en émoi, sans doute parce que chaussées un peu trop à la hâte, elles mettent à mal notre subjonctif de symétrie.


pano.... de la nouv.... litté..... franç....


Face à la grisaille du jour, que faire ? Dois-je attendre que les gendarmes du soleil fassent place nette ? Ou dois-je, petit soldat de la clarté et du bien faire, me mettre à la gratter avec mes ongles furibonds.


Marié à la fille cadette d'un grand maître des pluies, il avait cru (triste croyance) s'épargner un grand nombre d'orages.


Les redresseurs de torts ne peuvent rien contre la république de l'absurde et ses grands-ducs du non sens.


Tous les poissons ne se voient pas pendus au bout d'une ligne, hameçonnés par l'incivilité des pescofis.


Un visage sans fond de teint n'est pas éteint! Hourra!


La torpille entre soi est l'un des plaisirs raffinés des décadents désœuvrés.


J'ai décroché ses pendentifs pour que l'éclat de son visage ne soit plus en parenthèse.
 

Illustration : Photo X

Publié dans Poinçonneur

Commenter cet article